Phnompenh ou le jour de la marmotte

Publié le par barroy

Phnompenh ou le jour de la marmotte

ah le jour de la marmotte!!!,

cultissime film où Bill Murray, revit tous les jours la même journée. Et bien phnompenh fut pour nous un remake de ce film.....le 1er janvier nous avons déposé les parents de Jeny a l aeroport puis, a la vue de ce qui nous attendait nous nous sommes installes dans une guest house avec bonne connexion internet pour en faire un camp de base pour l opération : allo alpha tango charly, on voudrait shipper notre camping car du cambodge a dubai car merci les thailandais pour avoir fermé vos frontières aux camping-cars depuis cet été!!

En fait on avait jusqu'alors courru plusieurs lièvres a la fois :

-rentrer en fraude en thailande (on a des copains qui sont rentres mais bon nous on flippait pour la sortie),

-attendre et encore espérer le permis de transit thailandais après plusieurs refus,

-rentrer par la route via la chine ( ah la route de marcopolo dans l'autre sens, une bien belle option à 20 000km)

-ou enfin shipper depuis le cambodge

Une fois passées toutes ces options au crible et apres conseil de famille en session extraordinaire pire qu'à l'ONU, on a decidé de shipper ( mettre le camion sur un bateau (NDLR) pour dubai..

Alors voilà, ,en s y prenant à la dernière minute et en voulant shipper d un pays qui n a pas l habitude d'une telle cargaison, ça prend pas mal de temps....sans pouvoir bouger. On a du faire faire des devis a des compagnies en allemagne, a dubai et ici a phnompenh...cela a déja pris du temps, surtout pour qu'ils arrivent à nous donner une bonne estimation.

Alors en attendant, le rpogramme à répéter fut : gauffres du marché le matin, puis école, puis petite bouffe dans une de nos cantines du quartier ou on a élu domicile, quelques visites culturelles ( dont la prison S21, le lieu de torture secret des khmers rouges cf les règles du camp en photo) et enfin notre petite ballade du soir au stade olympique où Andréa a pu jouer au foot et Jeny fait de la "zumbagym" locale....le jour de la marmotte je vous dis.....

après l ambiance vacances de noel nouvel an, l ambiance demarches a phompenh nous a un peu mis les nerfs en pelotte mais une fois encore c est le jeu ma pauvre lucette et ca fait partie du voyage!!!!

a l heure ou je vous écrits un porte container est en mer avec notre mionmion sur son dos(images à venir) et nous avons "enfin" quitté le cambodge...à suivre

et vu qu'on est pas encore en février, nous vous souhaitons à toutes et à tous l'année de vos rêves

bises des groseilles

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christiane JONVELLE 28/01/2017 00:04

Que de rebondissements, de changements de cap .. ou de sol... enfin VOYAGER, c'est s'instruire car le vrai succès, c'est la peine que l'on se donne. Bravo. Bises

Jocelyne 25/01/2017 19:06

Du coup, et c'était pas prévu comme ça, vous avez passé beaucoup de temps au Cambodge.... Je vous suis pas la pensée et je voyage un peu avec vous. Gros bisous du Rove surtout aux enfants.

Matthieu 26/01/2017 01:59

Et oui beaucoup de temps au cambodge mais pas du tout comme on l avait prévu. Du coup on n en gardera sûrement pas un souvenir de total plaisir mais ce sont les aléas du voyage... Et on se retrouve a devoir mettre un peu d élan pour poursuivre....on a hâte de retrouver notre camion , de changer de continent, que ce soit un peu moins paperasse et qu on reprenne la route... En attendant c est nouvel an chinois!!
On vous embrasse également
Matthieu and co

Crochemore 23/01/2017 09:28

Les petits imprévus de la vie !!!!!!! Andrea doit être un peu déçu car il me semble me souvenir qu'il attendait le passage en Thailande. Donc vous prenez l'avion pour aller à Dubaï. Bonne continuation et grosses bises. Claudine

Matthieu 23/01/2017 10:13

coucou, oui un peu de déception mais les enfants se laissent porter et sont moins dans les aléas logistiques et pour eux tout est plus simple....on fait en fait une petite pause en Malaisie le temps que le camion soit en mer.
On vous embrasse, Matthieu